www.le-blog-de-jep.com

Mag à zine international.

Afrique du Sud

 

1b.png
Vue aérienne de la ville de Cap Town

 

Continuons notre tour du monde avec aujourd’hui le second pays sur la liste alphabétique : l’Afrique du Sud.

 

Les Khoïsans, regroupant les Khoïkhoï et les Bochimans, sont les premiers habitants connus de l'Afrique du Sud (40 000 ans av. J.C.),  Les premiers peuples de langues bantoues quant à eux  émigrent du delta du Niger vers l'an 500 de notre ère et atteignent l'actuelle province du KwaZulu-Natal. C'est au Xe siècle que des tribus bantoues (xhosas) s'installèrent dans la région de la Fish River (Transkei).

En 1488 débute l'histoire européenne de l'Afrique du Sud lorsque le navigateur portugais Bartolomeu Dias atteint le cap des Tempêtes (cap de Bonne-Espérance), suivi en 1497 par le navigateur portugais Vasco de Gama qui longe la côte du Natal. L'implantation définitive d'européens en Afrique du Sud date de 1652 avec l'établissement, pour le compte de la Compagnie hollandaise des Indes orientales, d'une station de ravitaillement au Cap dirigée par le Néerlandais Jan van Riebeeck.

 

En 1657, plusieurs salariés de la compagnie sont autorisés à s'établir définitivement au Cap alors que des esclaves sont déportés de Batavia et de Madagascar pour pallier le manque de main d'œuvre sur place. En 1688, deux cents huguenots français rejoignent les 800 administrés du comptoir commercial et fondent Franschhoek. En 1691, la colonie du Cap est mise en place. Ce n'est qu'en 1770 que sont relatés les premiers contacts entre les Bantous et les Boers (les fermiers libres d'origine franco-néerlandaise), aux environs de la Great Fish River. Les relations sont rapidement conflictuelles et en 1779 débute la première des neuf guerres cafres (1779-1878). En 1806, les Néerlandais cèdent définitivement la place aux Britanniques qui deviennent la nouvelle puissance coloniale.

Motivée en partie par les mines d'or, la Deuxième Guerre des Boers (1899-1902) et l'annexion du Transvall et de l'État libre d’Orange consacre la domination britannique sur la majeure partie de l'Afrique australe, au prix de l'internement et de la mort de milliers de civils boers dans des camps de concentration. Le 31 mai 1910, huit ans après la fin de la Seconde Guerre des Boers et après quatre ans de négociations, le South Africa Act accorde l'indépendance nominale, en créant l'Union d’Afrique du Sud. Le pays est fondé à partir du regroupement des colonies du Cap, du Natal, du Transvaal et de l’Orange. Le South Africa Act établit une démocratie parlementaire sur le modèle de Westminster avec un régime de type monarchie constitutionnelle et un parlement souverain. Les modalités d'octroi du droit de vote diffèrent cependant entre les quatre nouvelles provinces (si le corps électoral est essentiellement blanc, les provinces du Natal et du Cap accordent sous condition censitaire le droit de vote aux personnes de couleur dites « civilisées »). Le général boer Louis Botha devient le premier chef du gouvernement sud-africain.

En 1912, un parti politique bantou, l’African National Congress (ANC), est fondé à Bloemfontein – avec à sa tête le révérant John Dube – revendiquant une plus grande participation des populations noires aux affaires du pays. L'année suivante, le Native land act est adoptée. Basé sur le système des réserves établi à l'époque coloniale et dans les républiques boers, il divise le territoire sud-africain entre les terres indigènes (7 % puis 13 % du territoire) et les terres destinées aux Blancs et aux administrations publiques (87 % du territoire). Débute alors une lutte qui devait perdurer jusqu’en 1990 et la libération de la figure légendaire de l’ANC Nelson Mandela ; en 1994, ce dernier devient le premier président noir de l’Afrique du Sud.

 

Aujourd’hui qu’en est-il de ce pays ?  en 2013, il se trouve en deuxième position dans le Classement des principales puissances économiques en Afrique, derrière le Nigéria, avec un PIB de 370 milliards de dollars US. La vie en Afrique du Sud est relativement moins chère que dans les grandes métropoles européennes. La différence est surtout visible pour le prix des loyers ou encore du carburant. Mais beaucoup moins sur la nourriture, les coûts des loisirs et autres produits superflus. Plus de 20 ans après l’apartheid, l’Afrique du Sud peine à trouver une certaine cohésion sociale entre différentes communautés. Le traumatisme de cette politique a marqué au fer rouge ce pays pour longtemps encore. 

 

 



22/07/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres