www.le-blog-de-jep.com

Mag à zine international.

Antigua-et-Barbuda

 

2.png4.PNG2b.png


11.jpg

 

Gaston Browne, né le à Potters, village de l'île d'Antigua est l'actuel premier ministre d'Antigua-et-Barbuda. Il a conduit le Parti travailliste d'Antigua, dans l'opposition depuis 2004, à la victoire lors des élections générales de 2014. Il devient le , à 47 ans, le plus jeune premier ministre de l'histoire de l'archipel.

 

Antigua-et-Barbuda est un pays des Antilles avec pour capitale la ville de Saint-John’s, situé à environ 75 km au Nord de la Guadeloupe et une quarantaine de km au Nord-est de l'île des Antilles britanniques de Montserrat. Cet État est composé de deux îles principales, l'île d'Antigua, connue également en français sous le nom d'Antigua (la vieille) et l'île de Barbude, ou Barbude, ainsi que de quelques petites îles. Le pays est membre de l’Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA) depuis 2009. Le pays est constitué d'un archipel dont Antigua est l’île la plus grande, et la plus peuplée. Barbude, juste au nord d'Antigua, est l'autre île principale. Les îles ont un climat chaud et tropical, avec des températures agréables et constantes toute l'année. Les îles sont dans l'ensemble peu élevées : leur point le plus haut est Boggy Peak, avec 402 m d’altitude. La ville principale de ce petit pays est la capitale Saint John’s sur Antigua; la ville la plus grande de Barbuda est Codrington.

 

Les premiers autochtones du pays furent les Ciboney depuis environ 2400 ans avant J.C., ensuite arrivèrent les Arawaks et les Caraïbes. Christophe Colomb mit pied à terre sur ces îles lors de son second voyage en 1493. Ces îles furent d'abord colonisées par les Espagnols et les Français, ensuite par les Anglais. En 1674, Christopher Codrington fonda la première grande plantation de sucre sur l'île d'Antigua. Codrington et les autres propriétaires importèrent des esclaves de la côte ouest de l'Afrique. Au XVIIIe Siècle, English Harbour, sur la côte sud d'Antigua, abrita une part importante de la flotte britannique, sous le commandement, durant une certaine période, du fameux amiral Horatio Nelson. Ce site bien encaissé et à peine visible du large, était réputé en tant que « trou à cyclone », c’est-à-dire, un abri sûr. L'esclavage fut aboli en 1834, contrairement aux autres colonies britanniques qui choisirent une abolition immédiate suivie d'une période d'apprentissage, période pendant laquelle les esclaves restaient au service de leurs anciens maîtres (jusqu'en 1838), les colons d'Antigua choisirent l'abolition immédiate sans apprentissage. En 1981, Antigua-et-Barbuda devint indépendante en tant que Royaume du Commonwealth. Le pays adhéra le

 

Antigua-et-Barbuda étant une monarchie du Commonwealth, le chef de l’État est, de facto, la reine Elisabeth II du Royaume-Uni, qui est représentée à Antigua-et-Barbuda par un gouverneur général. Le pouvoir exécutif est assuré par le Premier ministre, qui est aussi le chef du gouvernement. Le Premier ministre est généralement le chef du parti gagnant des élections de la Chambre des Représentants (17 membres), tenues tous les cinq ans. L'autre chambre du Parlement, le Sénat, est constituée de 17 membres qui sont nommés par le gouverneur général.

 

Le tourisme représente plus de la moitié du PIB national. La production agricole est pour l'essentiel réalisée dans les deux îles principales. Elle est principalement destinée au marché intérieur. Le manque d'eau (aussi paradoxal que cela puisse paraître) – et de main-d'œuvre — qui préfère travailler dans le tourisme et la construction, car les salaires sont plus élevés dans ces deux secteurs — limite le développement de l'agriculture. Le pays également un pavillon de complaisance.

La population est estimée à 92 436 habitants chiffres de 2015. La plupart des habitants sont des descendants d'esclaves africains employés sur les habitations-sucreries, mais il existe aussi des groupes d'Européens, notablement britanniques et portugais. La langue officielle est l'anglais, mais la plupart des autochtones parlent une langue créole. La plupart des Antiguayens sont chrétiens, les anglicans (environ 50 %) étant la plus grande confession.

 


 



10/09/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres