www.le-blog-de-jep.com

Mag à zine international.

Belgique

Belgique.png

Les plus anciennes traces humaines en Belgique ont été trouvées au site de la Belle-Roche à Sprimont, et témoignent d'une occupation ancienne d'environ 500 000 ans. Il s'en fallut de peu pour que l'homme de Neandertal, découvert en 1856, ne porte le nom de la localité belge de Spy. C'est là qu'en 1886 les restes de deux squelettes humains furent identifiés comme étant contemporains de ceux de Neandertal : l'homme de Spy. Dès 1830, des restes humains sont retrouvés à Engis, mais ils ne furent pas directement reconnus comme appartenant à un homme fossile. Au cours du XXe siècle, de nombreuses stations paléolithiques et mésolithiques ont été découvertes dans la vallée de la Meuse, principalement dans des abris sous roches et des cavernes naturelles (Hastière, Han-sur-Lesse, Sclayn) mais aussi en terrain découvert (Namur). Au néolithique (vers –4000 en Belgique), la population humaine gagne les plateaux d'Ardenne, du Condroz, ainsi que les plaines de Flandre et de Hesbaye : de nombreux sites d'occupation ont été étudiés.

 

La conquête romaine intervient en Gaule autour de 57 avant notre ère. Conquise par Jules César sur les Celtes, la province romaine de Gallia belgica réunit les territoires compris entre la Seine et le Rhin. La plus vieille utilisation des termes Belgae et Belgica qui nous est parvenue est dans la Guerre des Gaules de Jules César. Il divise la Gaule qu'il a conquise en trois parties : les Gaulois proprement dits, les Aquitains et les Belges. Ces derniers sont séparés des Gaulois par la Seine et la Marne. Sous Auguste, la Gaule est divisée par Marcus Agrippa en trois provinces et l'une d'entre elles porte le nom de Belgica. Cette dernière sera réorganisée sous Domitien qui la divise en trois nouvelles provinces, une Gallia Belgica et deux Germania. La Gallia Belgica sera encore par la suite divisée en deux : la Belgica Prima et la Belgica Secunda.

 

Une arrivée graduelle de tribus germaniques franques durant le Ve siècle profite de la lente désagrégation du pouvoir romain en Gaule ; le territoire passe aux mains des Mérovingiens, unifiés sous l'autorité de Clovis, à Reims par son baptême. Il meurt en 511. Renversés en 731 à la faveur d'un coup d'État, les derniers rois mérovingiens cèdent le pouvoir aux Carolingiens Charles Martel. En 843, lors du traité de Verdun, l'empire est partagé entre les petits-fils de Charlemagne. Le territoire de l'actuelle Belgique passe aux mains de Lothaire, avant d'être partagé entre le royaume de France et ce qui deviendra l'empire germanique. Peu à peu, des entités politiques plus ou moins indépendantes se constituent sur le territoire de la future Belgique : comté de Flandres, duché de Brabant, principauté de Liège. À la fin du Moyen Âge, par le jeu des alliances et des mariages, l'essentiel du territoire de la Belgique passe entre les mains des ducs de Bourgogne. Le troisième duc de Bourgogne, Philippe le Bon, le grand unificateur, unira le pays sous le nom de Leo Belgicus, comme en témoigne une carte officielle de l'époque. Après la chute de son fils, Charles le Téméraire et parce que celui-ci n'avait qu'une fille, Marie de Bourgogne, le pays, par son mariage, passera sous l'autorité des Habsbourg, laquelle culminera sous le règne de Charles-Quint (petit-fils de Marie de Bourgogne).

C'est de l'époque du Moyen Âge, et surtout de la dynastie bourguignonne, que date un découpage du territoire préfigurant, plus ou moins, les futures provinces. C'est aussi l'âge où les cités arrachent aux seigneurs féodaux des droits que l'on appelle les « privilèges ». Les ducs de Bourgogne ont cherché à les remettre en cause, mais ils se sont heurtés à divers soulèvements populaires et ont dû se résoudre à s'adresser aux états généraux pour obtenir des contributions financières et militaires.

 

En 1500, le futur empereur Charles Quint, descendant des ducs de Bourgogne, naît à Gand. Il est considéré comme un enfant du pays et est élevé à Malines par sa tante Marguerite d'Autriche avant de prêter serment à Bruxelles pour devenir roi. Son héritage comprend l'Espagne et les Dix Sept Provinces et il parvient à se faire élire par la diète germanique empereur du Saint-Empire romain germanique. Par la Pragmatique Sanction de 1549, il renforce l'union des Dix-sept Provinces tout en appesantissant son pouvoir sur la Principauté de Liège qui conserve une indépendance interne sous ses princes-évêques. C'est l'époque où la région profite de l'essor d'Anvers, première place boursière mondiale, qui relie l'Inde à l'Amérique.

 

Mais l'unité des Pays-Bas sera brève dès lors que les guerres de religion et les appétits politiques la feront voler en éclats. La guerre de Quatre-vingts Ans, de 1568 à 1648, finira par diviser le territoire en deux : une république fédérale dans le Nord, les Provinces-Unies (Belgica Foederata), protestantes, et, dans le Sud, les Pays-Bas méridionaux (Belgica Regia), catholiques, toujours dirigés par la couronne des Habsbourg espagnols. Sous Charles-Quint, le pouvoir reste dévolu à ce que l'on peut considérer comme un gouvernement local hérité de l'époque des ducs de Bourgogne et qui s'appelle le Conseil d'État. Il est composé de seigneurs et présidé par des gouverneurs, dont, notamment, la « gouvernante » Marie de Hongrie. La défense des droits locaux face à l'autorité étrangère était une des principales préoccupations d'une partie de la noblesse qui, en cela, rencontrait l'approbation du peuple qui avait lui-même bénéficié, au long des siècles, de la conquête des droits arrachés par les cités contre les pouvoirs féodaux et défendus par les États généraux. La manifestation la plus importante en fut le « compromis des Nobles » qui dressa la noblesse des Pays-Bas du Nord et du Sud contre les abus du fils de Charles-Quint, Philippe II. Celui-ci, après avoir assisté à Bruxelles à l'abdication de son père, résida toute sa vie en Espagne, s'efforçant de réduire les droits de ces sujets du nord. Il en résulta des persécutions, dont l'exécution sur la Grand-Place de Bruxelles des comtes d'Egmont et de Hornes, les principaux meneurs du Compromis des Nobles dans la défense de ce que l'on appelait les « privilèges », le mot recouvrant les divers droits qui avaient été conquis au long des siècles contre les abus du pouvoir. À cela se mêlait une guerre de religion entre les catholiques et les protestants. La persécution des Espagnols catholiques contre les protestants et leurs abus de pouvoir contre tout le monde entraînèrent des alliances de circonstance entre protestants et catholiques contre l'Espagne. Il en résulta une longue suite de ravages et d'exécutions dus à une longue guerre contre le pouvoir espagnol sous l'autorité du prince Guillaume d'Orange-Nassau, dit le Taciturne, un catholique qui avait été un des proches de Charles-Quint, mais qui finit par passer dans le camp protestant lorsqu'il dut se résigner à se retirer dans les Pays-Bas du Nord (Belgica Foederata). Les Pays-Bas du Nord parvinrent finalement à l'indépendance après ce que l'on a appelé « le siècle de malheur », ceux du Sud représentant la future Belgique restant sous l'autorité espagnole. Cette partie comprend à peu près tout le territoire de la Belgique moderne, à l'exception de la Principauté de Liège, mais en incluant le Nord de la France pas encore conquis mais convoité par la monarchie française. Le pays finit par passer dans l'apanage des Habsbourg d'Autriche, sans que cela change fondamentalement les rapports avec le pouvoir impérial. La découverte, à Bruxelles, d'anciennes chartes insuffla une vigueur nouvelle aux revendications, ce qui fit dire à un ministre autrichien : « Ce pays perdra ses privilèges ou ces privilèges le perdront. »

En plus des luttes contre l'autorité des souverains étrangers qui affirmaient, de longue date, avoir des droits sur le pays hérités de l'époque féodale, il fallait compter avec les souverains français, et notamment Louis XIV qui affirmait des prétentions sur la possession des Pays-Bas (ancien territoire des Francs Saliens). Le pays fut donc le théâtre de beaucoup de batailles des guerres franco-espagnoles et franco-autrichiennes auxquelles étaient mêlées les populations comme victimes ou acteurs, de nombreux généraux étant issus de la noblesse locale, tels Bernard de Fontane ou Tilly (qui gagna, en Europe centrale, la bataille de la Montagne Blanche). Venant après les malheurs du XVIIe siècle, ceux du XVIIIe siècle valurent au pays de porter le surnom de « champ de bataille de l'Europe » (une réputation qui sera renforcée par les deux guerres mondiales).

 

La Belgique a participé à la naissance de l'Union européenne avec la création du Benelux le 5 septembre 1944, la création de la Communauté européenne du charbon et de l'acier le 18 avril 1951 et du Traité de Rome le 25 mars 1957.

Auparavant, la Belgique avait signé le traité de Bruxelles en 1948 et le OTAN le 4 avril 1949.

Comme membre de l'OTAN, la Belgique a participé à l'effort de défense commun des pays signataires jusqu'à la fin de la guerre froide. Depuis, comme dans d'autres pays occidentaux, l'effort militaire s'est relâché, la zone d'occupation du « créneau » belge en Allemagne a été abandonnée et le service militaire a été supprimé. La défense est réduite à un corps d'armée professionnel qui conserve les composantes fondamentales de la force terrestre, navale et aérienne, mais un effort de modernisation des armements est consenti qui n'est contesté par aucun parti. Aussi, des troupes belges terrestres et aériennes ont-elles été envoyées en Afghanistan, après la participation aérienne aux opérations de l'OTAN en Yougoslavie. En 2011, le gouvernement belge en affaires courantes, appuyé par le parlement fédéral, a décidé une participation militaire aux opérations contre la Jamahiriya arabe libyenne. De concert avec les forces aériennes des États-Unis, de la France et d'autres pays européens, la force aérienne belge a envoyé six chasseurs bombardiers F-16 participer aux opérations d'exclusion aérienne du ciel libyen décidées par le Conseil de Sécurité de l'ONU pour empêcher l'aviation libyenne de bombarder les populations révoltées contre le régime de Kadhafi. Des victimes civiles de cette opération de l'OTAN ont été relevées au sein de ces mêmes populations.

 

La Belgique est une monarchie constitutionnelle et parlementaire, dont le roi actuel est Philippe de Belgique, septième roi des Belges, depuis le 21 juillet 2013.

Sa devise nationale est :

« L’Union fait la force. » (français)

« Eendracht maakt macht » (néerlandais)

« Einigkeit macht stark » (allemand)

 

 

Hymne national de la Belgique "La Brabançonne"

 



27/11/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres