www.le-blog-de-jep.com

Mag à zine international.

Decouverte des Mascareignes

1.jpg
Vue aérienne de l'île de la Réunion (côté sud)

 

Le 9 février 1513, un navigateur portugais, répondant au nom de Pedro de Mascarenhas, accoste sur une île inconnue au cœur de l'Océan Indien. Ce jour étant la sainte Apolline, il la nomme Apollonia ; de nos jours après un certain nombre de noms, celle île se nomme désormais « La Réunion ». Nom qui lui fut attribué le 19 mars 1793, par les révolutionnaires pour commémorer « la réunion » des Fédérés de Marseille et les Gardes nationaux parisiens l’année précédente.

En 1528, son compatriote et ami : Diogo Rodrigues donnera son nom à l'archipel tout entier. Lui-même laissera son nom à la plus petite des trois îles de l'archipel, Rodrigues. La dernière île est aujourd'hui connue en français sous le nom de Maurice

 

Issu d'une famille fortunée du Portugal, Mascarenhas a équipé une flotte et s'est lancé sur la route des épices, sous l'égide de la «Casa da India». Cette Compagnie des Indes portugaises a été fondée en 1499, quelques mois après que Vasco de Gama eut contourné le cap de Bonne-Espérance et atteint les Indes.  

À la fin 1511, tandis qu'il navigue aux alentours du cap de Bonne-Espérance, Mascarenhas apprend que le gouverneur des Indes portugaises est menacé par un soulèvement des populations locales.

Il équipe sans attendre une flotte pour lui porter secours et décide de couper au plus court, sans faire de cabotage le long de la côte africaine comme à l'accoutumée.  C'est ainsi qu'il atteint l'archipel qui portera son nom. Poursuivant son voyage, on peut supposer qu'il atteint aussi l'îlot isolé de Diego Garcia.

Le Portugais est sans doute le premier homme à mettre le pied sur l'archipel même si d'aucuns supposent que les navigateurs arabes, actifs dans l'océan Indien, auraient pu déjà y mettre pieds. Toujours est-il qu'à son arrivée, l'archipel est complètement inhabité en dépit de sa fertilité et de son grand potentiel agricole. Il compte une importante flore et une faune endémiques (sans équivalent ailleurs), comme le célèbre dodo, oiseau mythique de l'île Maurice, initialement appelée par les Portugais Ihla do Cerne (île du Cygne). Ses derniers représentants se sont éteints au XVIIe siècle, peu après l'arrivée des colons et de leurs chiens. Mascarenhas poursuivra une brillante carrière au service de son roi. La vieillesse venue, il fut nommé vice-roi des Indes. Il devait mourir quelques mois plus tard, le 23 juin 1555, à Goa.

 

 

 

 

Excellent reportage nonobstant quelques approximations historiques. En effet, l’occupation de l’île ne date pas de 1674 comme il est dit dans le reportage, mais de 1663, date ou un certain Louis Payen – natif de Vitry-le-François – accompagné d’un autre Européen dont l’histoire n’a pas formellement établi l’identité, ainsi que de 10 malgaches dont 3 femmes s’établirent sur l’île. Et deux ans plus tard en 1665 débarqué d’une escadre composée de : « Le Taureau » ; « l’Aigle-Blanc » ; et la « Vierge du Bon Port » (le Saint-Paul s’étant dirigé directement sur Fort Dauphin (Madagascar),  débarquaient le sieur Renaud qui, à la tête de détachement de 20 Français, prit officiellement possession de l’île ; Etienne Regnault (orthographe non présente sur le document de la Compagnie des Indes), fut d’ailleurs le premier gouverneur de l’île.  

 

Emmanuel de La Tour



09/02/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres