www.le-blog-de-jep.com

Mag à zine international.

Oxymore et oxymorts

A.jpg
 Illustration d'une obscure clarté - oxymore de Corneille

 

S’il y a une figure de style qui plait beaucoup c’est bien l’oxymore. Cela consiste – comme vous le savez certainement – à associer deux termes de sens contraire dans une  même expression. Ce qui donne, bien souvent, des expressions proches de l’absurde. Tel le « son du silence », qui a fait l’objet d’un titre de Simon&Garfunkel dans les années 60 « The Sound of silence ». Encore que cet exemple est – à mon sens – plutôt poétique. En revanche, il y en a beaucoup d’autres où l’on s’éloigne vraiment de la poésie.

 

Parmi ces exemples, il y a un qui prêterait à sourire s’il n’était pas dramatique, c’est cette expression « guerre sainte ». Car il est bien entendu que c’est particulièrement « saint » de couper des têtes, ou de démantibuler des corps, ou encore de les trainer attachés à un 4x4 sur des kilomètres. Plus saint que ça, tu meurs, comme dirait l’autre.

Il y a un autre qui n’est pas non plus piqué des hannetons, c’est « guerre humanitaire ». Alors là ! Ça vaut aussi son pesant de cacahuètes. J’avoue que j’ai beaucoup, beaucoup de mal à percevoir « l’humanitaire » dans le fait de transformer un pays en champs de labour, comme ce fut le cas en Irak, en Lybie et en ce moment en Syrie. Là, j’aimerais vraiment qu’il y ait un haut responsable qui vienne m’expliquer où est l’humanitaire dans cette action. A moins que le fait de bombarder un pays pour lui piquer son pétrole, ou encore pour avoir la voie libre afin d’atteindre un autre pays soit considéré comme un « acte humanitaire », dans ce cas…

Vous avez aussi la « guerre propre » qui est bien, oui celle qui est vierge de toute salissure, celle ou le sang ne coule que sur le sol, mais ne gicle pas sur les murs, sur les murs, beurk !… C’est quoi une guerre propre ? Celle où les viols son effectués avec préservatif ? Où les morts se comptabilisent ? Celle où on les enterre dans des linceuls tout blancs tout neufs ? Avec drapeau, cérémonie, et tout, et tout ?

 

Comme on peut le voir, les « oxymorts » sont des figures de style très prisées par les crapulocrates. Nous, le peuple, nous apprécions beaucoup son contraire, à savoir, le pléonasme, qui consiste à dire deux fois la même chose, comme : homme d’affaire véreux, banquier truand, politicien corrompu, tous ces pléonasmes on a appris à vivre avec de façon permanente, à un point tel que cela ne nous émeut pas plus cela.

 

Emmanuel de La Tour (Jep)



06/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres