www.le-blog-de-jep.com

Mag à zine international.

Vous pouvez voter comme vous voulez, pourvu que ce soit ce que nous voulons

Traité de Lisbonne.png

 

« Les gens peuvent choisir n’importe quelle couleur pour la Ford T, du moment que c’est noir. » Cette phrase en forme de citation est de Henry Ford. Cette citation ironique reflète ce que l’on a coutume de nommer un potentat. C’est exactement ce qu’ont fait –  dans un élan de félonie dont ils ont le secret – nos dirigeants de l’époque. En balayant d’un revers de « Traité de Lisbonne » notre « NON » au Traité Etablissant une Constitution pour l’Europe de ce fameux 29 mai 2005.

 

Onze ans déjà ! et ces dirigeants continuent leur petit bonhomme de chemin, de prévarications en malversations, sous l’œil bienveillant d’un peuple endormi et repu d’intoxications télévisuelles ; même si ce ne sont plus les mêmes, c’est quand même bonnet blanc et blanc bonnet. Pourtant la colère gronde, on le constate chaque jour sur les réseaux sociaux, mais ce ne sont que des mots, des litanies à longueur de post facebookien ou de bip bip tweeterien. Des gens ont commencé à dire non à la bureaucratie européiste, comme par hasard ce sont les populations les plus touchés par la crise ; crise de rire, diront certains. En Espagne Podemos affirme « Nous pouvons », un slogan certainement empreint d’une plus grande sincérité que le « Yes we can » du candidat Obama qui s’est délité dans les méandres de Wall-Street et de la City, en moins de temps qu’il ne fallait pour le dire. En Grèce, Syrisa était à deux doigts de faire un d’honneur à l’Union européenne et à sa bureaucratie crapulasse ; mais ils ont fini par "rentrer dans le rang". Le Royaume Uni a voté son brexit, mais déjà il y a des esprits bien pensants qui commencent à réfléchir sur la façon de "torpiller" le brexit anglais, comme il ont torpillé le référendum français de 2005. Et nous en France, que faisons-nous ? Rien, que dalle, nada, niet, walou, que fife… Nos préoccupations sont où ? mariage pour tous, théorie du genre, GPA, PMA, PMU, bref, toute chose « essentielle », que dis-je essentielle, « indispensable » à la bonne marche d’une société. Aussi, il ne faut pas s’étonner que la côte de notre président, flirte avec les pâquerettes ; les mauvaises langues disent même que s’il continue de descendre, il finira par trouver du pétrole.

 

Mais pour nous peuple de France, l’essentiel en cette année 2016, ce n’est rien de tout cela, la côte du président, il y a bien longtemps que l’on s’en tamponne le coquillard, car de toute façon, lui et son orchestre de clowns ne semblent pas du tout décidés à lâcher « l’affaire ». Pour nous, c’est juste l’anniversaire douloureux d’une grosse quenelle que l’on a bien prise et qui fait encore mal, neuf ans après. Ce fameux « Traité de Lisbonne » de 2007, longtemps encore, on le sentira bien profond. « Vous pouvez voter comme vous voulez, pourvu que ce soit ce que nous voulons » semblent dire nos dirigeants pour parodier Henry Ford. Pour la prochaine présidentielle tâchez de vous en souvenir, afin d'éviter les mêmes erreurs, à savoir voter pour une gauche/droite complètement périmés - et j'édulcore mes propos - tout comme leurs représentants d'ailleurs, tous autant qu'ils sont au service de l'Oncle Sam et de leur fichu marché.       

 

Emmanuel de La Tour

 

29 mai 2016



29/05/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres