www.le-blog-de-jep.com

Mag à zine international.

Le 23 septembre 1913, Roland Garros réalise la première traversée de la Méditerranée.

A1ImageArticle.jpg

Roland Garros

Un enfant du soleil et du ciel 

 

Ce matin du dimanche 21 septembre 1913, un coup de fil de son mécanicien Hue lui annonce qu’une embellie s’installe sur la Méditerranée, c’est le moment qu’attendait Roland Garros. Depuis un certain temps, il projetait d’effectuer la première traversée de cette mer. Le 22 septembre il débarque à Saint-Raphaël d’un train en provenance de Paris. Le matin du 23 septembre à 5 h 47, à bord d’un monoplan Morane-Saulnier, équipé d'un moteur Gnome de 80 chevaux et d'une hélice Chauvière, Garros décolle et s’élance dans le ciel de la Méditerranée. L’avion est alourdi de 200 litres d’essence et de 60 L d’huile de ricin. Garros navigue à la boussole, avec un moteur qui subit deux pannes et perd une pièce, au large de la Corse et au-dessus de la Sardaigne. Il lui reste 5 litres d'essence quand il se pose à Bizerte à 13 h 40 après avoir parcouru quelque 780 kilomètres.

A1.jpg
Eugène Adrien Roland Georges Garros
, est né le 6 octobre 1888 à Saint-Denis de La Réunion. Aviateur,  lieutenant pilote lors de la Première Guerre mondiale, il tombe dans un combat aérien le 5 octobre 1918 à Vouziers (Ardennes) ; quelques semaines seulement avant la fin de la guerre. Sa célébrité est d'abord venue de ses exploits sportifs en avion, et surtout de la toute première traversée de la mer Méditerranée. Aujourd'hui, son nom reste associé au tournoi des Internationaux de France de tennis, car il se déroule dans le stade qui porte son nom depuis sa construction en 1928. Pourtant, l’aviateur n’était pas tennisman, mais un rugbyman du Stade Français. Pourquoi alors ce nom pour désigner l’un des plus célèbres stades de tennis du monde ?

L’histoire remonte à 1927, les tennismans : Jean Borotra (1898-1994), Jacques Brugnon (1895-1978), Henri Cochet (cela ne s’invente pas (1901-1987)), René Lacoste (1904-1996), surnommé le Crocodile, d’où le logo sur les vêtements de la marque éponyme. Ces quatre lascars se sont fait connaître sous le nom des « Quatre mousquetaires », dont le principal fait d’arme est la victoire en Coupe Davis en 1927. L’année suivante, tout naturellement, la France doit recevoir la finale de cette compétition. Pour cela il lui faut un stade digne de ce nom, alors le projet d’un stade à l’orée du Bois de Boulogne (côté Boulogne), voit le jour. Cependant, ce terrain appartient au Stade Français dont le président est un certain Émile Lesieur, grand ami de Roland Garros de son vivant. Lesieur est célèbre pour avoir signé le premier essai du premier match du premier Tournoi des cinq nations. Son amitié avec l’aviateur date de l’époque où ils font partie de la promotion HEC 1908. Et c’est encore Lesieur qui parrainera son ami Roland lors de son adhésion, en 1906 au Stade Français. Emile Lesieur est président de l’association lorsque les autorités sportives le sollicitent pour l’obtention du terrain afin de construire le stade appelé a accueillir la finale de la Coupe Davis de 1928. Il émet une condition, celle que le stade porte le nom de Roland Garros en hommage a son ami disparu trop tôt. L’accord tacite est scellé, et le Stade Roland Garros est inauguré les 18 et 19 mai par un déjeuner de presse et une rencontre entre les équipes féminines françaises et britanniques. La française Sylvia Lafaurie et l’anglaise Eileen Bennet sont les premières à fouler le sol de Roland Garros (victoire de Bennet : 6/4 6/3).

 

AImageArticle.jpg

                                                                      Roland Garros à Bizerte (Tunisie)


Depuis, le monde entier connait ce nom, sûrement plus à cause du tournoi que des exploits de l’aviateur, autant lors de la première traversée de la Méditerranée que pendant la Première Guerre mondiale. Cependant, l’homme fait partie de l’histoire de l’aviation française, car ce que l’on sait moins, ou peut-être l’a-t-on oublié, c’est que Garros est aussi l’inventeur du « tir à travers l’hélice », pendant la guerre. Un procédé qui sera amélioré plus tard par la « synchronisation » de Fokker (aviation allemande). Car dans le procédé de Roland Garros, les balles étaient souvent renvoyées de façon aléatoire par les pales de l’hélice ; ce qui était plutôt inefficace et potentiellement dangereux. Tout cela fait que ce 23 septembre, nous ne pouvons qu’avoir une pensée émue pour ce Réunionnais qui fit partie de ces fous du ciel, de ces aventuriers qui ont fait l’aviation, de ces hommes sans qui les Boeing et les Airbus n’existeraient pas.    

 

 A-roland-garros-a-saint-denis.jpg

Hommage de Saint-Denis a l'un des plus illustres de ses enfants

Jean-Pierre de Langlard



23/09/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres