www.le-blog-de-jep.com

Mag à zine international.

Venez danser le "French fout l’camp"

AirFrance.png

 

Petit à petit les choses se mettent en place, on a introduit un certain quota d’immigré – dont on se servira le moment venu – dans cette Europe qui n’aura plus d’Europe que l’appellation. Petit à petit, on privatise tout, avec le fallacieux prétexte que la fonction publique est en déficit chronique. Les différents services publics seront à plus ou moins court terme aux mains du privé, et il ne restera plus qu’à privatiser les forces de l’ordre et l’armée et la boucle sera bouclée. D’ailleurs, Daech et Al Nosra ne sont ni plus ni moins que les parfaites illustrations de ce que sera les futures armées privées.

 

Vous connaissez tous, la définition d’un « investisseur » j’imagine. Ce sont des gens pas spécialement réputés pour être des poètes et encore moins des altruistes. Partant de cette assertion, j’aimerais juste que l’on m’explique : comment ces investisseurs ont soudainement cette attirance pour des entreprises en déficit chronique ? Il y a un moment où il faudrait arrêter de prendre les gens pour des benêts ; Sans-dents peut-être – en tous cas c’est ce que pense notre cher président –, mais Sans-cervelle, permettez-moi d’en douter. Mais, cette population a été tellement bien conditionnée que je la vois mal se révolter, ou alors, lorsqu’elle sera prête à le faire, il sera juste trop tard. En attendant le NOM (Nouvel Ordre Mondial), continue son petit bonhomme de chemin, comment pourrait-on l’arrêter d’ailleurs ? tellement tout a été diaboliquement pensé et étudié. Notre ex-président ne l’a-t-il pas déclaré lors d’une allocution : « Nous irons ensemble vers ce Nouvel Ordre Mondial, et personne, je dis bien personne ! ne pourra nous en empêcher (vidéo ci-dessous).» ceci a le mérite d’être clair. Pour arriver à ses fins, rien se sera vraiment obstacle insurmontable pour ce NOM, on déglinguera les États récalcitrants : leurs dirigeants, si cela est possible, le cas échéant, ce sera le pays tout entier qui sera plongé dans la guerre, les exemples ne manquent pas, rien que dans ces dix dernières années.  

 

Est-ce un bien ou un mal ? Je ne peux répondre à cette question, je ne m’appelle pas Michel de Notre Dame. Mais Dieu que les prémices sont douloureux, à commencer par cette « dépatriotisation » que l’on nous impose. Nos équipes de football n’ont plus de nationalité, ou alors juste sur le papier. Petit à petit nos grandes entreprises muent aussi en ce sens ; les chenilles nationales deviennent des papillons aux ailes dollardiennes et internationales. En jetant un œil sur le nouveau logo d’Air France on s’en aperçoit au premier coup d’œil, les couleurs du drapeau français se sont envolées dans les nuages (voir l’image d’en tête). Bientôt même notre « French cancan » deviendra un « French fout l’camp ».

 

Emmanuel de La Tour

 

 

 

 



01/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres